Mortalité maternelle en Mauritanie

En Mauritanie, le de mortalité maternel s’élève à 582 décès pour 100 000 naissances vivantes  par an  selon les dernières études dans le domaine de la santé de la mère et de l’enfant.

Toujours selon les études, ce taux de mortalité maternelle

est l’un des plus élevé au monde, car dans certains pays la prévalence du phénomène n’est que de  8 à 16 décès.

Les causes du fléau qui est la mortalité maternelle  sont nombreuses et variées :

_ manque d’infrastructures sanitaires

En effet  il existe plusieurs localité du pays qui ne possède pas ou sont très éloigné des postes et centre de santé. Et les populations ne disposent souvent que des moyens très rudimentaires (à dos d’ânes, charrettes…),   pour transporter les femmes enceintes  vers ces infrastructures,  afin de bénéficier d’un accouchement surveillé par un personnel médical. Mais hélas, elles arrivent trop tard à destination à des moments  critiques où le pire ne peut  être évité que très rarement.

Dans ce genre de lieux, la prise en charge médical des grossesses est extrêmement faible à cause de l’absence ou rareté des consultations prénatales (CPN) imputable à la distance et au manque de moyens de transport adéquats.

à tout cela s’ajoute un manque cruel de personnel médical capable d’intervenir efficacement  pour que l’accouchement se déroule dans les meilleures conditions. Cette situation est facilement observable dans le monde rural.

_ Manque de personnel  et de personnel calcifié et d’équipement,

Cependant plusieurs villes et villages du pays ne souffrent de manque d’infrastructures de base et d’ambulances, mais  très souvent les maternités se voient envahir par un nombre de femmes supérieur à la capacité de  leurs personnels et  même de leurs locaux parfois, ce qui entraine un débordement et  une remise au lendemain certains cas urgents qui normalement devaient être consultés et traités à l’instant.

D’autres par t il arrive que le personnel disponible sur pace ne soit pas en mesure de faire face à certains cas à cause de manque d’expériences ou de matériel indispensable, par conséquence, une évacuation devient nécessaire avec le risque de ne pas arriver à  temps à destination.

En plus des cas précis de la position de l’enfant dans utérus nécessitent une intervention  chirurgicale, si la sage femme ou le gynécologue ne le détectent pas rapidement, la suite peut se révélée fatale pour la future mère.

 _ Pauvreté  et l’ignorance

Pour pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles, beaucoup de femmes sont obligées de pratiquer des travaux  pénibles et de longues durées, d’autres sont confrontées à des carences  en des nutriments et vitamines indispensables au bon hygiène de la grossesse à cause de pauvreté des apports alimentaire de leurs plats quotidiens, ou des difficultés financières pour se procurer des médicaments prescrits par les professionnels de la santé de la reproduction.

De telles situations conduisent à complications qui mettent en danger la vie des femmes enceintes.

Par ailleurs,   sous prétexte de la pudeur plusieurs futures mamans refusent de faire les consultations prénatales d’aucunes ont honte et peur de se faire toucher par des hommes, car pour elles ça constitue un péché.

_ Grossesses très rapprochées

Quand le planning n’est pas utilisé ou mal appliqué, on assiste souvent au phénomène de grossesses très rapproché par fois deux moins seulement après l’accouchement, une telle chose conduit à la dégradation de la santé de la femme qui cours de en plus de risques de mourir en donnant naissances.

Quelles solutions proposez vous pour éradiquer ce phénomène vote commune ?

Si vous êtes hors de la Mauritanie quelle le taux prévalence du fléau dans le pays où vous vous trouvez ?

Abdourazak Djibo Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *